L’heure du bilan sonnera à la fin du confinement

On n’attendait pas de miracles, on va pas se mentir. Mais là c’est trop. Trop de colère pour qu’on puisse la contenir ou la canaliser. D’abord, la mise en danger de mort des personnels hospitaliers. Puis celle des salariés de la grande distribution. La saturation des hôpitaux, parce qu’on a cru bon d’optimiser des lits…