6 raisons qui prouvent que les librairies ont encore de beaux jours devant elles

1️⃣              La culture, ce n’est pas un luxe. Du moins…ce ne devrait pas en être un. Mettre entre 3 et 20€ dans un livre (parfois moins lorsqu’on sait chiner les bonnes occasions), c’est un investissement relativement accessible dès lors que l’on le place dans ses priorités. Un investissement pour son imaginaire, la santé de son cerveau, et également pour ses projets futurs, quels qu’ils soient.

 2️⃣             La lecture dans un contexte où le confinement risque d’exacerber les états dépressifs dus à la saison, c’est une des meilleures échappatoires possibles.

 3️⃣             « Les librairies meurent »….Toutes ? Non ! Une [bonne] poignée d’irréductibles parmi elles résistent avec succès car elles se sont adaptées au numérique (click & collect)!

 4️⃣             En réalité, c’est plus une histoire d’usages (et d’urbanisme, d’aménagement des territoires) que de concurrence déloyale. Quelqu’un vivant près d’un centre-ville ou d’une grande métropole aura plus facilement accès à une librairie indépendante de proximité, alors que quelqu’un vivant dans un lieu excentré et dépendant des grandes surfaces pour s’approvisionner en biens de première nécessité sera plus susceptible d’acheter des livres dans ces espaces. Alors pourquoi porter un jugement moral sur le comportement d’achats des uns et des autres ?

  5️⃣         Inutile donc de vouloir « couler » Amazon si on n’a pas d’alternative crédible à proposer en appelant au boycott. Une des règles, si on veut se développer économiquement, c’est de diversifier/d’adapter son offre pour la proposer à des profils de consommateurs différents. En proposant par exemple un service de livraison via La Poste (comme ça on fait tourner le service public aussi), en plus du click & collect ou des versions électroniques.

 6️⃣              Si aujourd’hui on en est à fermer les librairies, et les rayons culture de la grande distribution, c’est parce qu’on n’a jamais été en mesure de formuler une demande claire, précise, réaliste et atteignable. Appeler au boycott des grands groupes est insuffisant. Se forcer à changer drastiquement ses habitudes n’est pas tenable sur le long terme. En revanche, construire des liens de solidarité pour trouver des solutions afin que tous les petits commerces puissent s’adapter à la transition économique et numérique en cours, c’est à la portée de beaucoup d’entre nous.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s