Pourquoi les mouvements antiracistes qui traitent/s’intéressent à la question des masculinités non-blanches (dont une partie des féminismes intersectionnels à tendance décoloniale) sont aussi critiques envers le groupe social des femmes blanches ?

  1. Parce que le féminisme blanc a tendance à protéger les intérêts des hommes blancs dès lors qu’il s’agit de préserver ses intérêts de race, quitte à perdre des droits au passage (Cf. le nombre immense de femmes blanches qui votent à l’extrême-droite quitte à perdre des droits basiques comme celui de l’IVG)
  2. Parce que le patriarcat blanc traite les hommes indigènes encore plus mal que le genre féminin, et que le féminisme blanc ne prend pas en compte la spécificité des masculinités non-blanches, quand il n’est pas en train de carrément négocier des espaces d’inclusion au sein du patriarcat blanc.
  3. La virulence de cette critique n’est pas de la rage gratuite, mais bien une saine colère qui appelle à une complicité et à une prise de responsabilité collective entre luttes de femmes et condition sociale des hommes non-blancs.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s