Départ prématuré

[Presque] un mois.
Partie. Définitivement.

Pourtant tu restes. Dans nos mémoires. Dans mes réseaux. Dans mon répertoire. Dans mes pensées. Dans mes rêves. Ainsi que dans chacune de mes réflexions.

Trop tôt pour te dire au revoir. Ou adieu.
Trop difficile de te rendre hommage. Rien ne serait à la hauteur.

Impossible de faire ton deuil.
Ton souvenir est condamné à me hanter pour le reste de mes jours.

Et je n’arriverai jamais à poser d’autres mots sur toi que ceux-ci.
Car ton absence me paralyse en même temps qu’elle me déstabilise.

Alors à défaut d’amener la sérénité [perdue] sur mon âme, je souhaite la paix à la tienne.

Un commentaire Ajoutez le vôtre

  1. LadyCee dit :

    Je n’aurais pas écrit autre chose. C’est exactement ce que je ressens vis à vis d’Elle…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s